LE YOGA ET LA MUSIQUE

Pourquoi tant d’artistes pratiquent le yoga ?

 Quand j’ai débuté le yoga en 1994, la pratique m’a amenée rapidement à rencontrer de nombreux pratiquants dans les stages intensifs, les conventions internationales et à lire les revues spécialisées, les livres sur le yoga, notamment le premier livre du maître qui m’enseigne, BKS Iyengar.

En effet, à ma grande surprise, la préface de son livre « lumière sur le yoga » publié en 1976, était écrite par le célèbre violoniste Yehudi Menuhin. Celui-ci était un élève très proche de M. Iyengar et décrit l’impact du yoga sur sa vie d’artiste.

Pour lui, la  pratique du yoga développe un sens fondamental de la mesure et des proportions. Elle nous ramène à notre propre corps, notre premier instrument, et nous apprenons à en jouer, à en tirer le maximum de résonance et d’harmonie. Pour ce virtuose, la formation de la volonté commence par l’étirement du corps tout entier, des orteils au sommet de la tête, en défi à la pesanteur. Yehudi Menuhin ajoute que l’élan et l’ambition peuvent être découverts par la sensation du poids et de la vitesse que donne le libre balancement des membres, tandis que l’aplomb sera acquis par le contrôle de l’équilibre prolongé sur un pied, les deux pieds ou les mains. La ténacité s’obtient en gardant les différentes postures de yoga, en étirant au maximum pendant de longues minutes, et la sérénité vient en s’exerçant à respirer de façon calme et régulière en ouvrant au maximum la cage thoracique.(…)

Il demande quelle est l’alternative : des caractères faussés, aigris par l’échec, condamnant l’ordre des choses, des bossus critiquant la rectitude, des autocrates effondrés sous la menace d’accidents coronaires, le tragique spectacle d’hommes transmettant aux autres leur propre déséquilibre et leurs frustrations.

(Extrait de « Yoga Dipika – Lumière sur le yoga » de B.K.S IYENGAR)

Son point de vue m’a été confirmé au fur et à mesure de ma propre pratique (du yoga et non du violon!) et par les confidences des chanteurs et musiciens rencontrés dans ces fameux intensifs où tous, artistes ou non, sommes confrontés à notre corps douloureux de s’étirer, de s’aligner…

Ouvrir la cage thoracique, respirer aide particulièrement les chanteurs à mieux tenir les notes, à aller chercher loin le son pour une voix plus profonde, plus authentique.

Tenir les postures debouts, renforce la stabilité, l’endurance, nécessaires aux musiciens ; tenir les postures inversées (sur la tête, sur les mains) regénère le système nerveux, hormonal et apaise la grande émotivité inhérente aux artistes et libère leur créativité.

Beaucoup d’artistes aujourd’hui parmi les pratiquants de yoga (médiatisés par la « presse people ») comme Madonna, Sting, Yannick Noah…et pour cause, ils ne manquent pas de talent.

Est-ce à dire que le yoga réveille le talent? ou bien les talentueux artistes sont amenés au yoga ?

Vous connaissez tous l’artiste français empli de talent, Claude François alias Cloclo. Et bien, il pratiquait déjà le yoga en 1962, tous les jours, avant chaque entrée en scène (après ou avant la petite gorgée de whisky, je ne sais pas!). A cette époque, le yoga était méconnu, la presse ne s’y intéressait pas vraiment mais quelques photos de Claude François en sirsasana (posture sur la tête) existent et quelques interviews dans lequel il parle du travail du diaphragme (le pranayama pour les connaisseurs) qui l’aide à chanter et danser en même temps.

Quelle performance ce Cloclo, tenir deux heures de gala en sautant comme un cabri sur scène, à lever les foules et à faire tomber les filles…vive le yoga!

Estelle Dauzou